Devious maids : Miroir des femmes multiculturelles

Devious maids a le même papa que Desperate Housewives : Marc Cherry. La comparaison est inévitable. Alors, petite soeur ou soeur jumelle? L’univers multiculturel (les femmes latinos) est indéniablement le critère différenciant entre ces 2 séries. Discrimant? Non, #amha.

Affiche promo officielle - Devious maids - Murder

Lynette, Susan, Bree, Gabrielle. On aimait bien suivre les péripéties de ces copines. De nos copines. Au fil du temps, on s’accrochait parce qu’elles avaient toujours cette réplique qui tue, ce geste qui frappe (au sens propre comme au figuré), ce mot qui fait réfléchir. On aurait voulu que ça continue, rien que pour ça. Mais on commençait aussi par se lasser des intrigues rocambolesques, dans ce petit monde que l’on commençait à connaître sur le bout des doigts.
L’idée de Devious maids n’est donc pas si mal. On reprend ce qu’on aimait bien dans la série de référence, et on change d’univers. ça, c’est le rafraîchissement à la Cherry. C’est finalement peut être ce qu’on attendait. Cette fois-ci, on est à Beverly Hills. On retrouve de nouveaux personnages (des femmes de ménage latinos issues de milieux défavorisés), finalement un peu les mêmes : Elles ont l’air fragile, on les sous-estime ; Mais ce sont des femmes à tempérament, qui nous réservent des surprises.

Ce que j'aime, ce que j'aime moins dans Devious maids, la nouvelle série de Marc Cherry - Blog perso de Freelalatiana, rédacteur - Séries TV et société

J’aime / J’aime pas dans Devious maids

Cette histoire évolue donc dans un monde plus coloré, c’est multi-cibles. Gros coup marketing? On met tout de même en scène la 1ère minorité ethnique des Etats-Unis… Certain(e)s reprocheront les aspects grossiers de cette approche multiculturelle, et ses stéréotypes (provoquant une polémique contre Eva Longoria. Cf. lien en fin d’article). Selon moi :

  • L’aspect multiculturel n’est qu’un prétexte de départ. Il servira aussi à pimenter les répliques et les situations. Mais…
  • C’est d’abord et avant tout une histoire de femmes, qui affrontent la vie, avec ses douceurs et ses rudesses.

Bref, Devious maids, ça reste un divertissement, qui s’intègre dans les réalités de toute mère, épouse, fille, amie… D’autres n’aimeront pas, parce que c’est un faux Desperate, sans l’humour, la finesse ou la complexité. Pour moi, c’est une vraie petite soeur, qui ressemble beaucoup à la grande, mais qui a sa personnalité, exotique. Je vais continuer à suivre les aventures de ces femmes (pas vraiment) comme nous autres. Même si jusqu’ici, elles sont encore un peu timides (les répliques de Bree Van De Kamp me manquent). Mais je pense (j’espère!) que le showrunner (et son bataillon de scénaristes latinos) n’a pas dit son dernier mot!

—–

Voir la belle gueule dans Devious maids.
Un article “neutre” sur la polémique autour des stéréotypes de la série Devious maids (en anglais).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s